Au fil des roues, au gré des pas...

Au fil des roues, au gré des pas...

Le Plateau de Bure par La Combe de La Cluse

Je vis des temps difficiles.

Ma colère est grande.

 

Nous sommes le lundi 22 juin 2015. J'avais tant attendu l'été : Il est là et moi, je suis absent.

Absent du monde qui m'entoure, perdu dans de sombres pensées.

 

Et pourtant, comme on dit, la vie continue... Amputée de la fantastique perspective que semblait énoncer 2014 ...

Aujourd'hui, lentement mais sûrement, tout s'écroule...

Pourquoi ? Parce que la vie m'a mis sur le chemin d'un pourri... Parce que lorsque son destin est placé sous la coupe d'un seul homme, mieux vaut qu'il soit bon, droit et honnête.

 

Nous sommes le lundi 22 juin et je marche à perdre haleine, la rage au ventre... Je marche pour tenter d'oublier comme la vie peut être rude, pour tenter de noyer ma colère dans un flot d'adrénaline... L'éboulis est gigantesque, dantesque, phénoménalement long...

 

 IMG_1535 (Copier).JPG

 La partie inférieure de la Combe de La Cluse ; on voit la fin du bois et le début de l'interminable langue de pierre...

 

 Pourtant, lorsque Olivier et moi avons quitté la voiture, la sente paraissait belle et riante ; elle serpentait en grimpant dans un joli bois de pins, plein de Pyroles, d'Epipactis et d'Airelles...

 

IMGP1235 (Copier).JPG

Pyrola minor ou petite Pyrole

 

IMGP1231 (Copier).JPG

Fleurs d'Airelle ; les fruits sont rouges et un peu acides, contrairement à la myrtille, violette et douce !

 

Côté météo, il faisait déjà chaud. On est parti trop tard.

Il est 9h40 et le bois nous entoure, porteur d'un peu d'ombre...

 

C'est lorsque la forêt à cédé la place à la pierre que tout est devenu plus difficile. D'abord la chaleur, plus intense et pas un endroit où s'en protéger... Puis la sente, étroite et intégralement faite d'une interminable succession de morceaux de calcaire érodés, aux teintes grises et beiges...

Aussi loin que porte le regard, l'univers minéral se déroule vers "le haut"... Même si nous savons très bien que "ce haut" n'est qu'une étape et qu'au-delà, il y aura un autre "plus haut" et ainsi de suite sur plus de 1150m de D+ !!

 

IMG_1549 (Copier).JPG

A mi-chemin de la montée ; il en reste encore beaucoup !!!

 

Les pieds glissent, chassent, se tordent... La sente est rectiligne, monotone et âpre. A gauche, à droite, de puissantes falaises s’élèvent. Un jour, elles ne seront plus rien qu'un tas de pierre, le comblement d'un vallon... Et dire que chacun des milliards de cailloux que nos pieds foulent dans cette maudite combe  appartenait jadis à ces murs de calcaire délité...

 

IMG_1536 (Copier).JPG

Les falaises déchiquetées du Dévoluy évoquent volontiers les Dolomites italiennes...

 

Je marche vite, à la limite de l’essoufflement. J'ai besoin de ça. Besoin de maltraiter mon corps pour libérer toutes les tensions accumulées depuis  si longtemps ! Je marche pour laisser derrière moi la société des hommes et toutes leurs turpitudes...

Olivier est déjà loin derrière moi ; il est fatigué ; faut dire qu'hier, nous avons enchaîné plus de 1300m de D+ dans le Valgaudemar et qu'avant hier, il a déjà crapahuté vers La Combe de Mai et celle d'Aurouze... Je pense que cette Combe-ci va l'achever !

 

IMG_1553 (Copier).JPG

Le point sombre, à gauche, c'est Olivier qui n'ira guère plus loin.

 

J'ai vu deux chamois. C'est presque incroyable !  Comment vivre ici, là où il n'y a que des pierres à perte de vue ? L'herbe y est presque inexistante et les rares végétaux supérieurs doivent lutter contre la solifluxion perpétuelle des sols, contre le froid extrême de l'hiver alpin et contre les sécheresses ahurissantes de la période estivale. Ici, hormis celle générée par la fonte des derniers névés, il n'y a jamais d'eau !!! Pas la moindre trace d'un lit de ruisseau, rien !! Et pourtant, des centaines de mètres sous la terre, le Dévoluy est une gigantesque citerne qui restitue des milliards de litres d'eau dans ses résurgences, bien plus bas dans les vallées.

 

Je monte. Parfois à quatre pattes tant le terrain se redresse. Je glisse, dérape et recommence à grimper. Les muscles des jambes font mal, le souffle est court. Les kilomètres s'enchaînent, tous semblables, tous difficiles... Je passe la barre des 2000m. Il en reste encore 500 pour atteindre le Plateau de Bure : La délivrance !!!

 

La fin de la combe oblige au franchissement de deux petites barres rocheuses. Rien de bien difficile mais lorsque j'atteins la première, je suis dans le rouge ; je n'ai plus les idées claires et il faut que je souffle. La sente n'est plus tracée ; il faut inventer le tracé en fonction des couloirs, des vires, de la pente. Je crapahute  en m'agrippant de ci, de là et m'élève enfin sur le replat. Mais, c'est pour constater qu'une nouvelle montée m'attend, encore plus rude que la précédente ! J'en ai marre. Je ne vois plus Olivier qui doit être bien plus bas dans la pente...

 

Je mets ma grande colère au service de mon corps et, par élans successifs, je franchis à chaque fois vingt mètres de plus; L'éboulis n'est pas stabilisé ; je fais plus de chemin vers le bas que vers le sommet et j'enrage !!

 

Enfin, je sors tout en haut, à une sorte de col. Mais ce n'est pas fini !! Il reste un dernier petit cirque à franchir, barré par un grand névé redressé. Je choisis de le contourner par la droite, le long d'une crête rocheuse... 

 

IMG_1555 (Copier).JPG

Le névé du col ; au-delà, c'est enfin le Plateau de Bure !!

 

Dix minutes plus tard, je suis enfin sur le Plateau de Bure, observant d'un regard extatique les fantastiques paraboles tournées vers l'infini du ciel...

 

IMG_1558 (Copier).JPG

3 des 6 antennes paraboliques qui scrutent les ondes de l'espace... 

 

IMG_1589 (Copier).JPG
 

Mon cœur bat la chamade, ma tête tourne, mes idées sont floues... Mais qu'importe, je suis à 2500m d'altitude, sur une autre planète où l'homme a installé une base sidérale...

 

IMG_1560 (Copier).JPG

La station de l'IRAM et, derrière, le Pic de Bure, objectif initial de cette longue randonnée...

 

C'est la faim qui me fait revenir à la réalité ; il faut que je dévore quelque chose et tant pis si Olivier n'est pas encore là ! D'ailleurs, viendra-t-il seulement ? 

Je sors une fougasse aux lardons achetée à La Roche des Arnauds et en avale goulûment la moitié. 

Vingt longues minutes se sont écoulées depuis que j'ai émergé sur le plateau et Olivier n'est toujours pas là ; j'en conclue qu'il s'est arrêté, à minima pour casser la dalle et à maxima pour faire demi-tour ; je le connais, je ne suis pas inquiet.

Ici, sur cette immensité aride et ventée, se dressent 6 immenses paraboles qu'une équipe de 120 personnes (par roulements) entretiennent, écoutent et déplacent au besoin. Une sorte de petite caserne abrite tout le monde et tout cela donne une ambiance totalement décalée à ce bout du monde futuriste !! 

 

IMG_1557 (Copier).JPG

 

 

 IMG_1591 (Copier).JPG

 Une ambiance totalement surréaliste !

 

C'est en tous les cas suffisamment étrange et surréaliste pour me permettre de me déconnecter de mon quotidien morose  quelques heures et ça me fait du bien !

Je passe la prochaine heure à arpenter la partie occidentale du plateau, à observer les fleurs qui y poussent et à me laisser envahir par une douce torpeur... 

 

IMG_1575 (Copier).JPG

Gentiana verna ou Gentianes printanières

 

 IMGP1149 (Copier).JPG

Noccaea rotundifolia  ou Tabouret à feuilles rondes

 

IMGP1161 (Copier).JPG

Androsace helvetica  ou Androsace hélvétique

 

IMGP1166 (Copier).JPG

Saxifraga oppositifolia ou Saxifrage à feuilles opposées 

 

IMGP1171 (Copier).JPG

Petrocallis pyrenaica ou Petrocalle des Pyrénées

 

IMGP1174 (Copier).JPG

Draba aizoides ou Drave faux-Aizoon

 

IMGP1198 (Copier).JPG

Papaver rhaeticum ou Pavot des Alpes rhétiques

 

IMGP1209 (Copier).JPG

Erysimum ochroleucum  ou Vélar prostré

 

IMGP1203 (Copier).JPG

Myosotis alpestris ou Myosotis des Alpes

 

La vue est bouchée. Du coup, inutile d'imaginer pousser jusqu'au sommet du Pic de Bure. Il a lui-même la tête dans les nuages et la totalité des paysages est noyée sous les nuages. C'est dommage car la vue que l'on a d'ici par grand beau temps est tout simplement extraordinaire !

Aujourd'hui, j'arrive tout juste à apercevoir l'Olan entre deux écharpes de nuages denses...

 

IMG_1571 (Copier).JPG

L'Olan et quelques gros sommets des Écrins...

 

Je pousse ma balade jusqu'aux limites méridionales du plateau. J'approche de la falaise et un aigle vient la survoler avant de s'éloigner vers la Combe d'Aurouze... 

 

IMGP1180 (Copier).JPG

Aigle royal en chasse...

 

Je domine les deux combes, Mai à ma droite et Aurouze à ma gauche, gigantesques éboulis à la granulométrie plutôt fine. Face à moi, 1000m plus bas, le Col de Matacharre où je vais souvent en Quad. Puis, au-delà, la montagne de Céuse, si petite vue de là !! Je distingue le lac de Pelleautier mais je ne peux voir la maison, cachée par une colline... 

 

IMG_1600 (Copier).JPG

A gauche, la Combe d'Aurouze, à droite, celle de Mai...

 

Un planeur joue dans le ciel, tutoyant les nuages, cherchant les thermiques...

 

IMG_1624 (Copier).JPG

 

A pas lents, comme si je voulais que le monde se fige à ce moment précis, je reviens vers la Combe de La Cluse, laissant derrière moi les paraboles d'aluminium, la base stellaire, et cette terre d'ailleurs...

Je plonge dans la Combe et tout s’accélère ; je cours littéralement pour dévaler les éboulis, tombe une fois sans me faire mal et je file à vive allure vers "le bas", là où il ne sera plus nécessaire de marcher, de courir, d'avoir mal... 

 

IMG_1556 (Copier).JPG

Retour à la Combe...

 

Je ne sais plus trop depuis quand je marche... Je sais simplement que je descends, parfois violemment, d'autres fois plus lentement. Je ne sens plus mes pieds... 

Soudain, quelqu'un m'appelle ; c'est Olivier ; il est sous la falaise, à droite. Je le rejoins en traversant à flanc de coteau et je le retrouve au cœur d'une minuscule prairie de fleurs violettes que je ne connais pas ; il y en a des myriades mais là, uniquement !!

 

IMGP1215 (Copier).JPG

Vicia cusnea ou Vesse du Mont Cusna

 

IMGP1220 (Copier).JPG

 

Olivier m'explique qu'il s'agit d'une vesse extrêmement rare, qui ne pousse quasiment que là, en France !!! Vicia cusnae ou Vesse du Mont Cusna ! 

Quelques photos et mon autre demi-fougasse avalée plus tard, nous finissons notre interminable descente pour rejoindre enfin le bois puis, trente minutes plus tard la voiture !! 

 

IMGP1224 (Copier).JPG

Sur le retour...

 

IMG_1633 (Copier).JPG

 

Lorsque j'arrête nfin le GPS, j'ai du mal à croire ce qu'il m'annonce : 25 km parcourus et 1500m de dénivelée positive !!! 

Sacrée Combe !! 8,3 kilomètres linéaires pour rejoindre le Plateau de Bure et 1200m de D+ d'une seule traite ! 

C'était vraiment ce qu'il me fallait aujourd'hui ; une randonnée de l'extrême pour lutter contre un sentiment d’extrême injustice. Une bavante expiatoire pour évacuer un trop plein de colère et d'amertume...

 

Mais nous sommes déjà demain quand j'écris ces quelques lignes...

Hier m'a fait du bien mais demain me ronge déjà.

Les germes de ma colère ont enfanté de nouvelles haines et plus rien n'est là pour les apaiser... 

 

Port Folio :

 

IMGP1126 (Copier).JPG

Iberis aurosica ou Iberis du Mont Aurouze, encore une plante très "locale" !

 

IMGP1204 (Copier).JPG

 

IMGP1225 (Copier).JPG

Tête de La Cluse.

 

IMGP1234 (Copier).JPG

Les jambes du géant !!!

 

IMG_1552 (Copier).JPG

L'immensité désertique de la Combe de La Cluse...

 

IMG_1587 (Copier).JPG

On a marché sur ... Le Plateau de Bure !! 

 

Au-dessus de la Combe de Mai - 22.06.2015.jpg

 

Combe de Mai et d'Aurouze depuis le Plateau de Bure - 22.06.2015.jpg

 

Panoramique vers le nord-nord-ouest depuis le Plateau de Bure - 22.06.2015.jpg

Panoramique sur le chaînon externe du dévoluy depuis le Plateau de Bure ; L'Obiou est au centre de l'image.

 

Panoramique sur Petit et Grand ferrand.jpg

A gauche, les Petit et Grand Ferrand, hauts sommets du Dévoluy.

 

 

 

 

 

 

 



24/06/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres