Au fil des roues, au gré des pas...

Au fil des roues, au gré des pas...

Ride on the Diois - octobre 2011

Ride on the Diois - octobre 2011

 

Les 27, 28 et 29 octobre dernier, on est partis, Laurent, Gilles et moi, 3 potes de VTT, pour aller rider les sublimes singles automnaux du Diois...

 

Logés au Gîte de la Sauvagine, à Grimone, nous avons passé un excellent séjour malgré une météo hasardeuse mais somme toute bienveillante !

 

Le premier jour, après être passés au gîte pour déposer nos bagages, on a filé sur le minuscule village de Menée où on a garé les voitures.

C'était parti pour quelques 1200m de D+ et quelques 22 km.

De Menée, on a rejoins Les Nonnières puis Bénévise pour aller chercher le GR93, un sentier de toute beauté qui conduit au coeur même du Cirque d'Archiane !

 

 

Au village, d'Archiane, c'est une longue et pénible série de poussage/roulage qui nous attendait mais en voyant la beauté extraordinaire des forêts alentours, ça passait presque tout seul !!

 

 

Après la pause repas sous les falaises du Cirque d'Archiane, on a tracé tout schuss par la descente géniale du GR93. Trop vite pour faire des photos, hélas !!

 

Avant de rentrer sur Menée, on en a encore pris plein la vue, non seulement car le single de descente était une pure merveille (des dizaines d'épingles de toute beauté et une descente impressionnante !) mais aussi parce que la forêt était d'une splendeur impensable !!

 

 

 

 

Le second jour :

 

Au petit matin, la météo s'annonce plutôt maussade et de la bruine est annoncée...

Tant pis, il y a 46 km à faire et quelques 1700m de D+, on n'a donc pas le temps d'attendre une éventuelle amélioration !!

 

On rejoint donc Glandage (ça ne s'invente pas !!) en voiture pour le début de notre seconde échappée belle !

 

 

La première montée se fait grâce à l'étroit et vieux chemin qui conduit au-dessus du Canyon du Rio Sourd. 400m de D+ sont avalés assez rapidement, dans des décors féériques :

 

 

Lorsque la montée se fait plus douce, nous nous enfonçons dans un bois qu'on dirait peuplé d'elfes et de fées...

 

 

Plus haut, le chemin, devenu single,  propose de très beaux passages sur des lits épais de feuilles de hêtre...

 

 

Puis, on chemine sur le Sentier des Gardes, une trace plus qu'un véritable sentier mais un parcours de rêve qui domine la vaste dépression du Rio Sourd. Là-haut, les érables sont rouge orange et or...

 

 

En un endroit, le sentier traverse en balcon une haute falaise... Il y a tout juste la place pour le cintre du vélo... Il y est absolument interdit de s'embroncher !!!!!!!!!

 

Arrivés au Col de Porte, je photographie mes deux compères tandis que la bruine commence à tomber. Laurent (à gauche) s'en moque bien : Il a un vieux Kway à l'ancienne qui deviendra l'objet de bien des fous-rires !!!!!

 

 

La descente sera magique ; une multitude d'épingles dans de la bonne terre où le grip est excellent puis une zone pierreuse et piégeuse pour se gaver d'adrénaline !!

 

 

 

A 13h, nous sommes à Soubreroche pour la pause repas. Les paysages sont bucoliques à souhait et on sent bien que l'hiver viendra bientôt sur ces campagnes automnales.

 

 

En attendant, Laurent pique un petit roupillon !

 

 

Après le repas, la suite de la ballade nous réserve encore bien des surprises, comme par exemple cette séries d'épingles impressionnantes le long d'un sentier suspendu ! Chapeau aux bâtisseurs de cet incroyable single !!

 

 

Après une longue remontée vers le hameau des Tatins (renversant, non !?), nous ferons un petit détour par chez M. T......., charcutier de son état, qui produit des Lonzo, de la Pancetta et de la Coppa extraordinairement goûteux et raffinés !!!!!

C'est avec un kilo de charcuterie fraîche que je reprendrai les chemins pour rentrer sur Glandage !

 

 

Et notre périple s'achèvera par un extraordinaire single descendant qui nous mènera jusqu'à Glandage avec un immense sourire sur nos visages rayonnants !!

 

Le 3ème Jour :

 

Pour cette dernière journée de ride, la météo s'annonce plus favorable. Tant mieux car aujourd'hui, nous sommes censés rider 6 cols d'altitude et découvrir de fait des panoramas superbes !!

 

Nous partons directement en VTT de Grimone, en direction du col homonyme... Puis, une piste et un sentier nous conduisent aux Amousières, en dessous de l'énorme masse du Jocou, l'un des points culminants de la région.

 

De là, il faudra rejoindre le Col de Seysse, perché au creux d'un puissant synclinal :

 

 

La traversée vers le Col de Seysse est longue et un brin fastidieuse à cause des alternances de poussage/roulage/portage. La bonne surprise, c'est que nous apercevons quelques beaux chamois, des mâles, au pelage très sombre annonçant l'hiver...

 

Là, c'est moi, déjà bien entamé! :

 

 

 

 

Enfin, on arrive au Col !

 

 

Et tandis que l'on continue à grimper pour rejoindre l'Arête de Jiboui, l'Obiou, le plus grand sommet du Dévoluy, dévoile ses crêtes enneigées...

 

 

Et son cousin Le Grand Ferrand ne lui cède que quelques dizaines de mètres !!

 

 

Là, c'est encore moi et mon fidèle (mais très pesant !) destrier , sur la longue et aérienne Arête de Jiboui !!

 

 

Depuis l'Arête, la vue s'étend sur le Trièves, jusqu'aux portes de Grenoble... On voit au fond le massif de Belledonne, les Grandes Rousses, Le Taillefer, Les Ecrins (notamment la Roche de La Muzelle et l'Olan !). C'est vraiment un extraordinaire panorama !

 

 

 

Après une fantastique descente freeride à fond de ballon, on est arrivé au Col de Jiboui. Vu qu'il y avait un mince rayon de soleil, on en a profité pour casser la croûte...

 

 

Après le repas, direction le Hameau de Borne, d'abord par une piste puis par un fabuleux single où Laurent se prendra une belle gamelle sur un petit pont de bois et où j'irai au tas sur une belle marche bien glissante !! Seul Gilles s'en tirera sans bobo !!

 

En attendant, à un moment de la descente, on a entraperçu les fameuses sucettes de Borne, d'immenses monolithe dressés à la verticale, au coeur d'une belle forêt !

 

 

Je n'ai pas pu m'empêcher de m'arrêter pour photographier ce hêtre étrange dont le ton de l'écorce était strictement identique à celui du rocher sur lequel il s'adossait... Même en y regardant de près, il était difficile de savoir ce qui était minéral et ce qui appartenait au végétal !!!

 

 

Soudain, au détour d'un virage, c'est la stupéfaction : Non seulement un superbe érable flamboie sur le bord du chemin mais en plus, les monolithes de roche que les gens d'ici ont baptisé affectueusement "sucettes" surgissent à l'horizon. C'est un grand moment...

 

 

 

Les Sucettes de Borne :

 

 

La sortie est presque terminée; il ne reste qu'une dernière et superbe descente mais avant cela, malgré le GPS, on va trouver le moyen de se paumer et il faudra se faufiler entre les buis sur une centaine de mètres pour retrouver le single !!!!

Là, j'en avais vraiment marre !!!!!!

 

 

Et voilà, les vacances sont terminées...

 

Reste seulement à tout remettre dans les voitures et à faire la route, la tête pleine de merveilleux souvenirs, le coeur plein d'amitié !

Parfois, comme ça, on touche le bonheur du bout des doigts...

 

 

THE END !!!



02/11/2011
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres